Catégorie : Autres

Manège à trois

Ils peuvent faire bon ménage, les trois standards Secam, Ntsc et Pal. Et offrir ainsi la possibilité de multiplier le rêve par trois. Un téléviseur, un magnétoscope, des vidéocassettes superbes et inimaginables, on vous convie à un petit voyage au pays des multistandards. Et en prime, nous vous offrons une carte des systèmes et normes de télévision dans le monde, encartée dans un cahier de 16 pages, agrémentée d’un glossaire de la vidéo et de bien d’autres renseignements. Mr T, le magnifique et méchant colosse noir à la coiffure da Huron, esquive une droite, se courbe légèrement et décoche à Rocky Balboa un terrible coup au foie, aussitôt suivi d’un uppercut à rendre sourd un rhinocéros. Quelle scène et quel match. Voilà trois fois que ce passage du film «Rocky III (œil du tigre)» défile sur le téléviseur. Non, non, rassurez-vous, ce n’est pas une cassette pirate, mais bel et bien un produit manufacturé, dédouané, légalisé. Un film que tout le monde peut aller, aujourd’hui ou demain, acheter dans les vidéoclubs spécialisés. Importés des Etats-Unis ou d’Angleterre, il en va ainsi pour quelques centaines de titres, de «Mad Max II» à «Creep-show», en passant par «Blade runner», «Cal people», «Y’a-t-il enfin un pilote dans l’avion ?», «Rambo», «Officier et gentleman», «Victor et Victoria», «Halloween III», etc. J’en passe et des meilleurs. Des films qu’on vient à peine de voir sur les écrans. Et que des millions d’Américains (les veinards, ils n’ont pas à subir cette stupide loi du délai d’un an entre la sortie d’un film et sa commercialisation en cassette) peuvent louer ou acheter librement. Mais ici, en France, que faut-il faire, que faut-il avoir, si on est un fou de la vidéo et que l’on veuille aussi bien que n’importe qui, pouvoir accéder à ce catalogue de privilégiés. Tous ces films importés sont destinés aux personnes équipées de magnétoscope et téléviseur capables de lire et/ou d’enregistrer les trois systèmes de couleur existant dans le monde : le Secam (Séquence de couleur avec mémoire) système de télévision couleur normalisé utilisé en France et dans d’autres pays. Le Pal (Phase altération line) adapté par l’Allemagne où il a été mis au point par l’ingénieur Walter Bruch et la société Telefunken. Et enfin, le Ntsc (National télévision-standards commitee) qui couvre essentiellement les Etats-Unis d’Amérique du Nord, le Japon et d’autres pays. Autrement dit, si de retour d’Amérique, vous avez rapporté avec vous une vidéocassette, sachez que pour pouvoir la visionner vous devez avoir un magnétoscope capable de décoder cette cassette dans son système, ainsi qu’un téléviseur conforme à ce système.Manège à trois Par ailleurs, si vous êtes un frontalier d’un pays européen (la France est la seule en Europe de l’Ouest à utiliser son propre système : le Secam) il vous faut pour lire comme pour enregistrer des émissions étrangères, au moins un équipement (magnétoscope-télévision en Pal), avec pour ce dernier un tuner à la norme B ou G si vous habitez près des frontières allemande, italienne ou suisse, et norme I pour enregistrer les émissions du Royaume-Uni. Ces équipements existent en France, ils sont désignés sous le terme, de bi ou tri standards (le mot standard, désigne à la fois la classification des magnétoscopes à cassettes, selon la largeur de la bande utilisée, le système d’enregistrement et les caractéristiques des signaux). Comme on le voit, il n’y a pas plus d’harmonie en la matière qu’il n’y en eut naguère pour tomber d’accord sur un standard commun aux magnétoscopes. Mais contre mauvaise fortune, bon cœur. Demain avec l’arrivée du satellite, on imagine le bonheur de tous ceux qui se sont équipés de multistandards. Excepté les usagers qui vivent près des frontières, semblerait que les adeptes des «multi» se recrutent dans leur majorité parmi les premiers mordus de la vidéo. Et même s’ils ne représentent que quelques pour cent parmi vidéophiles aujourd’hui, leur club a tendance à s’agrandir. Les deux responsables des deux vidéoclubs parisiens spécialisés dans l’importation de vidéocassettes américaines : Marcel Benbassat de Champs Disques (600 titres en Pal et Ntsc) et Pierre Buisson de Lido. Music (1 millier de Pal et Ntsc) affirment d’une même voix, que 50 % de leur clientèle sont des Français. Il est vrai qu’un certain nombre d’entre eux travaillent à l’étranger et sont d’excellents consommateurs vidéo. Quant aux autres, ils appartiennent à peu près à toutes les couches de la société : des acteurs et chanteurs célèbres aux médecins, cadres et employés, l’autre moitié des consommateurs de programmes en Ntsc ou en Pal sont en majorité des Arabes, qu’ils soient du Moyen Orient ou d’Afrique du Nord, ce sont de gros acheteurs de vidéocassettes. Ils préfèrent en général s’approvisionner en France où il semblerait qu’ils aient plus de choix dans les films qu’aux Etats-Unis moins ouverts aux productions (il s’agit de films en l’occurrence) européennes. Contrairement aux idées reçues, le prix d’une cassette importée ne revient pas plus chère_ à la vente que celle d’une autre dupliquée en France. Il arrive même souvent que le même film soit plus élevé pour une vidéocassette «française» qu’une étrangère. Le prix varie de 700 à 1 200, 1 300 francs selon le film. Et cela malgré les différentes charges dont elles sont l’objet (TVA + frais de dédouanement). Quant à la location de ces vidéogrammes, si Pierre Buisson l’exclut comme tout l’ensemble des titres qu’il a à Lido Music, Marcel Benbassat de Champs Disques risque de l’envisager si la conjoncture (des multistandards) le permet. Et là encore, il serait bon de détruire d’autres idées toutes faites. La différence de prix entre un magnétoscope Secam et un tri standard est moins élevée qu’il n’y paraît. Elle se situe selon les modèles de 1 000 à 1 500 francs. Elle est néanmoins plus importante sur les téléviseurs : de l’ordre de 2 000 à 3 000 francs. Que vous désiriez changer votre équipement ou en acheter un neuf, assurez-vous néanmoins que le tuner de votre futur magnétoscope soit bien aussi dans la norme L du Secam : (en plus des normes B, G ou I, selon le pays frontalier). Autrement vous ne pourriez enregistrer les émissions de la TV française. Bien qu’il existe un moyen qui consiste à brancher la prise de péritélévision sur la sortie vidéo d’un téléviseur multistandard dont le tuner serait multinormes. Alors, «Rocky» ou «Mad Max», «Poltergeist» ou « Bladerunner», le royaume des images est là qui vous attend, pour quelques nuits blanches de cauchemars ou de rêves. Sauriez-vous y résister encore longtemps ? Et le voulez-vous vraiment ? Si c’est non, l’entrée est par ici, messieurs dames, pour le club des cinglés de la vidéo.

Ondes de choc sur les prix

Sait-on jamais. Avec un peu de chance, les noms des gagnants du grand concours de la FM seront publiés dans le Journal Officiel avant le 10 mai. Enfin ! Le phénomène des radios libres a explosé depuis maintenant deux ans, à la faveur d’un retournement de veste de l’électorat. Les autorités ont mis beaucoup de temps à le digérer et à le réglementer, sans toutefois le maîtriser. Heureusement, elles n’ont pu ni le contrôler, ni le freiner. Les résultats de la première enquête du Cesp pour 1983 le prouvent. Ils confirment la poussée des radios locales privées, comme on dit. La catégorie qui les réunit avec Sud-Radio et avec toutes les stations FM de Radio France et de RMC obtient 20,9 % en audience cumulée, contre 17,7 % en novembre 1982. Soit plus de 8 millions d’auditeurs. Tous les chiffres (quart d’heure moyen, durée moyenne d’écoute, etc.) concordent. La hausse est très nette. A force de minimiser l’impact de leurs concurrents et de se moquer de leur non-professionnalisme, les vieilles grandes ondes enregistrent une désaffection d’une bonne partie de leurs «chers-z-auditeurs ». Le processus est enclenché. Rien ne l’arrêtera. Même pas l’absence de publicité. C’est un coup bas du gouvernement, mais la pub est paraît-il suspecte. Alors on l’interdit, tout en autorisant les pots de vin. Ne fermons pas les yeux, les stations doivent survivre. Et toutes les ficelles sont bonnes à tirer. Aux Etats-Unis, on retire une licence d’émission pour moins que ça. La récente campagne pour les municipales a positionné ces nouvelles antennes non homologuées légalement comme des médias à part entière. Et ce malgré les cris de « halte à la concurrence sauvage » de certains. Des clubs de la presse et l’association des journalistes sportifs refusent ainsi aux nouveaux le statut de collègues. C’est mesquin. Mais trop tard, les politiciens professionnels n’ont pas ce genre de réticences. Ni aucune morale d’ailleurs. Des cellules régionales ou locales de tous les partis ont offert, à certaines radios, des sommes rondelettes pour faire parole-basse sur leurs informations. prixDans la région de Rouen, les enchères sont montées à 500 000 F. Et en liquide. Des stations ont refusé, quelques-unes non. Municipales toujours, mais cette fois on inverse les rôles. A Montpellier, une station a réclamé 4 000 F à chaque candidat pour le faire bénéficier d’une interview. Pour les frais divers, sans doute. Tricher n’est pas jouer. Mais sans sponsors, il est difficile d’exister et de continuer. Loin des petites magouilles de la politique, les animateurs, qui ne bénéficient pas du soutien d’un parti, d’une municipalité, d’un syndicat, d’une mutuelle, d’un lobby religieux, d’un journal ou même d’un mécène, en sont réduits à frapper à toutes les portes ou à combiner des montages plus ou moins complexes. On prétend dans les couloirs des maisons de disques et dans les allées de la FM que la plus tonique des radios disco parisiennes est payée pour la diffusion de certains disques. Cette forme de dessous de table existe des producteurs l’ont rencontrée. A Paris et en province. Dans la région de Tours, c’est une banque nationalisée qui a offert la belle voiture émettrice qui fait la fierté d’une station. Conséquence, celle-ci a créé une nouvelle émission. Elle s’adresse au monde rural. Inutile de vous préciser la nature des conseils et des propos de la rubrique économique, même si le nom de la banque n’est pas mentionné. Ailleurs des publicités se déguisent avec le costume «infos locales». La méthode n’est pas très crédible, ni discrète, surtout lorsque l’animateur de service toussote systématiquement avant chaque spot, pardon bulletin. Histoire de lancer un clin d’œil sonore, peut-être ? Des messages trop voyants ont placé des candidats à la dérogation comme Radio Vallée de Seine et Béarn n° 1, dans le clan des exclus. Le groupe publicitaire NCK, lui, pratique déjà la prospection pour ses clients par voie de courrier. Quant à l’apéritif Get 27, il organise un grand prix de la radio libre qui porte son nom. Pour y participer, chaque candidat doit diffuser plusieurs fois par heure un indicatif fourni sur cassette. Il annonce évidemment le concours avec une mise en valeur de la marque qui le sponsorise. C’est ingénieux. Pour l’instant la haute autorité ferme les oreilles. Elle ajoute ainsi un peu de confusion à celle qui agite déjà la FM. Il devient difficile de tracer la frontière entre une certaine forme de publicité et un type de mécénat. Toutes ces confusions, toutes ces magouilles n’améliorent pas la qualité des émissions. A Paris, la FM ronronne ou se saborde. L’élan et l’originalité des débuts ont disparu. Le bénévolat a usé les troupes. Cette stagnation devrait se dissiper dès que les mariages obligatoires seront consommés et les programmes parfaitement structurés. Et surtout dès que la situation légale sera enfin éclaircie. C’est la prochaine étape.

Les cordes de la potence

Les cordes de la potenceQui donc est diantrement étonné, en débarquant dans une petite ville de l’Ouest pour arrêter les pilleurs de banque, d’apprendre que son fiston, le petit Dan, a fait le coup avec trois autres voyous ? C’est papa John Wayne, alias Cahill, marshal des États-Unis. A la décharge du gamin, on dira qu’il a été entraîné par de mauvais camarades, rencontrés un soir de cuite dans une cellule de la prison locale. Le méchant, le vrai, c’est le chef des malfrats, George Kennedy. Alors, le père outragé saisit l’occasion de donner une bonne leçon à ses rejetons (le benjamin Billy Joe est aussi dans le coup) et de leur apprendre la morale en les aidants à zigouiller leurs complices. Comme on le voit, le cinéma d’Andrew Mc Laglen ne s’embarrasse pas de nuances. C’est un film d’action, dont l’efficacité ne se relâche pas. Gary Grimes est très convaincant.

Buffalo bill et les indiens

Buffalo bill et les indiensBuffalo Bill est l’un des héros de Western les plus célèbres. Une bonne trentaine de films lui ont été consacrés. Lui même, sous son véritable nom de William Frederick Cody, interpréta trois fois son propre rôle à l’écran. Considéré comme un mythe de la légende de l’Ouest, passant pour l’ami le plus fidèle des Indiens, Buffalo Bill a quelque peu usurpé ses titres de gloire et sa renommée. Ayant débuté comme escorteur de diligence puis comme gardien de troupeaux et agent secret de l’armée du Nord lors de la guerre civile, il termina sa vie comme directeur de cirque, promenant à travers les États-Unis et l’Europe son fameux «Wild West show», une sorte de reconstitution de l’histoire de l’Ouest. C’est ce dernier épisode de l’existence de Buffalo Bill que Robert Altman raconte dans son film. Bien connu pour être un destructeur de mythes (II s’était attaqué au western avec «John Mc Cuba» et au show-business dans « Nashville »), Altman n’y va pas de main morte. C’est un portrait féroce qu’il trace de ce cow-boy d’opérette. Il le décrit comme un arriviste sans scrupules, vaniteux et cupide, incapable d’atteindre une cible à deux mètres, tenant à peine en équilibre sur son cheval et constamment imbibé de whisky. Bien décidé à révéler la véritable personnalité de Buffalo Bill, Altman s’attache à nous montrer combien celui qui passait pour être le protecteur des Indiens n’était en réalité qu’un horrible négrier. En effet, pour donner de l’attrait à son show, Buffalo Bill «achète» à l’armée américaine, le vieux chef Sitting Bull. Encore un mythe qui fout le camps au grand galop !

Le satyricon

Le satyriconA la question de savoir quelles sont les raisons qui ont poussé Fellini à tourner tel ou tel film, celui-ci a pour habitude de répondre: «Parce que j’ai signé un contrat !». Tout comme pour «Roma», «Les clowns», «Amarcord» ou «Casanova», il a attendu qu’un producteur lui suggère l’idée de tourner un film sur l’Italie Antique avant de s’attaquer aux écrits de Pétrone qui sont à la base de cette œuvre. Et sans nul doute, « Le satyricon » est son film le plus ambitieux. Pour nous dépeindre l’Empire romain, il se sert du regard du candide propulsé au premier siècle de notre ère par une infernale machine à remonter le temps. Son voyage relève plus de la science-fiction que de la recherche historique. Utilisant les livres de Pétrone et du fabuliste Apulée comme des guides, Fellini nous promène au gré de l’imagination de ces deux poètes dans une Rome qui n’a rien à voir avec celle dont nous ont parlé nos professeurs de latin. C’est le règne du sexe et de l’argent, de la corruption et du vice à tous les coins de rues. Tout au long du film nous suivons deux jeunes étudiants, Encolpe et Ascilte, qui ressemblent à s’y méprendre à deux marginaux échappés du Quartier Latin. Leur odyssée à travers la ville nous fera croiser des silhouettes familières : des arrivistes, des nouveaux riches, des prostituées, des bandits, des pauvres, des intellectuels soumis aux ordres des dirigeants. Cette société romaine en décomposition, c’est la nôtre. En réinventant l’histoire de son pays, Fellini nous invite à méditer sur le sort qui nous invite à méditer sur le sort qui nous attend. Couvre de. visionnaire. «Le satyricon» souffre peut-être d’une absence de construction dramatique et d’une trop longue durée de projection. Cela dit, que ne pardonnerait-on pas à un chef-d’œuvre?

Les différents types de cassettes vidéo

Aussi appelé vidéocassette ou K7, la cassette vidéo a connu un grand succès dans les années 70 et 80 en raison de sa capacité à sauvegarder les souvenirs de famille et autre enregistrement d’émissions vintage. L’on recense de nombreux types de cassettes, adaptés à divers magnétoscopes et caméras. Les plus connus d’entre eux étant la VHS et ses dérivés, la Video8, l’Hi8, le Digital 8 et le Mini-DV. Retour sur ces cassettes qui ont fait le bonheur de toute une génération.

La VHS

VHS courte
La VHS (Video Home System) ou système vidéo domestique est une norme d’enregistrement qui transfère des signaux vidéo sur une bande magnétique de ½ pouces. Développée par JVC dans les années 70, la VHS est proposée dans diverses versions avec des durées d’enregistrement différentes. Ainsi, la cassette E-120 promet de disposer de 2 heures d’enregistrement, l’E-180 propose une durée d’enregistrement de 3 heures, l’E-240 de 4 heures et l’E-300 de plus de 5 heures. Au format NTSC, le défilement de la bande se veut plus rapide, ce qui a poussé les fabricants américains de cassettes vidéo à ne produire que des cassettes de faibles capacités, comme le T-120 qui ne peut enregistrer que pendant 2 heures et le T-210 qui présente une capacité de 3 h 30.

La VHS-C

VHS-C cassette
La VHS-C est une variante de la VHS, mais elle présente un format plus compact, destinée à certains caméscopes. Pour pouvoir lire les cassettes au format compact dans les magnétoscopes ordinaires, il est impératif de disposer d’adaptateurs.

La Video 8

La Video 8 est un format d’enregistrement vidéo analogique développé par Sony dans les années 80. La cassette fut tout particulièrement utilisée pour l’enregistrement de vidéo amateur et comme archivage informatique. À noter que le format peut être lu depuis tous les types de caméscopes.

Le MiniDV

MiniDV
Même s’il est désormais possible de faire une numerisation cassette, il reste qu’à une certaine époque, les petites cassettes ont eu un succès monstre. La singularité du Mini-DV, c’est qu’il permet d’enregistrer des vidéos en format DV (Digital Video) sur des cassettes numériques avec une faible compression pour chaque image, ce qui rend ensuite aisé le transfert et le traitement de la vidéo. Les cassettes MiniDV sont notamment disponibles dans des versions de 30 minutes, de 60 min et de 80 min.

L’Hi8 et le Digital 8

cassette 8mm
L’Hi8 est le format d’enregistrement le plus utilisé avec les caméscopes grand public. Variante du 8 mm, l’Hi8 a été développé par Sony et fut ensuite repris par une vingtaine de constructeurs. Enfin, le Digital 8 est un format de cassettes qui utilise le codec DV. Conçu tout particulièrement pour les utilisateurs souhaitant à la fois profiter des avantages du numérique et de l’analogique, le Digital 8 est un format de transition qui offre une qualité audio et vidéo intéressante.

Chacune de ces cassettes dispose de leurs propres caractéristiques, mais elles sont toutes utilisées pour l’enregistrement vidéo. Les souvenirs que l’on garde sur ces bandes sont des instants mémorables qui peuvent se perdre, car les cassettes peuvent détériorer avec le temps et l’usure. C’est notamment pour cela qu’il est impératif de copier une cassette sur un support plus fiable comme un DVD ou un disque dur.