« Désormais la fuite vers la qualité ressemble plutôt à une fuite en avant. »

La valeur refuge, c’est le nouveau Graal de l’épargnant ! Même dans le monde de la finance, la politique de précaution fait de plus en plus d’adeptes. Le but n’est plus d’arbitrer sur les actifs les plus rentables, mais sur ceux qui présentent le moins de risques. Ce sentiment d’inquiétude se traduit par une appétence pour l’or. La relique barbare fait de nouveau consensus lorsque la météo annonce un avis de tempête. L’or, actif stérile car dénué de rendement, approche donc de ses plus hauts. On peut trouver mieux comme refuge car le métal jaune, actuellement fortement valorisé, est susceptible de subir un retournement de tendance, donc de vous infliger une perte en capital.

Deuxième actif refuge, la pierre. Son succès est d’autant plus éclatant que l’immobilier est assorti d’une valeur d’usage. Mais là aussi, la vigueur de la demande a gonflé les prix et les perspectives de plus-values s’éloignent à un rythme accéléré parla hausse de leur régime de taxation. Reste en lot de consolation un rendement qui s’amenuise.

Dernière cartouche des investisseurs en quête de sécurité : l’emprunt d’Etat. Quel est jusqu’à présent dans nos pays développés le débiteur considéré comme le plus sûr ? L’Etat évidemment, car doté du pouvoir de lever l’impôt, il dispose de ressources récurrentes et illimitées… Ça, c’est la théorie, car en usant sans modération du levier de la dette, les gouvernements ont faussé la machine. Même en France, la référence ultime, le sacro-saint emprunt d’Etat, devient un actif comme un autre. Symbole de ce retournement à 180 degrés, l’OAT 01ans dépasse la barre des 3.50%. Contrairement, cela signifie que les prêteurs exigent aujourd’hui de la France une rémunération attrayante, sans quoi ils iront placer leur argent sur des titres plus solides ; en Allemagne par exemple quitte à se contenter d’un taux inférieur à 2%.

Les repères habituels sont balayés par le tsunami de la crise. Désormais la fuite vers la qualité ressemble plutôt à une fuite en avant. A force d’occulter les signaux d’alerte désormais émis par les actifs « refuges », l’épargnant peut faire des choix allant à l’encontre de ses objectifs. C’est pour cette raison que dans notre Guide des placements 2012, nous avons accordé une place particulière à l’évaluation du risque qui figure en tête de nos fiches. L’échelle va de 1 à 10. La note sévère attribuée à certains actifs réputés comme refuges traduit notre inquiétude sur leur capacité à préserver votre capital. D’autres à l’inverse, largement décotés, nous paraissent moins dangereux que ne le laisse présager leur réputation et un parcours assez chaotique.

economie allemande

Aujourd’hui, faire preuve de prudence, c’est faire preuve de discernement et ne pas se jeter aveuglément sur les placements qui ont fait les beaux jours de la décennie précédente. Et si la nouvelle valeur d’avenir, faute de s’ériger en valeur refuge, se situait du côté des actions ?